Témoignages - Sinaï 2018 : Retraite au désert avec la Communauté de l'Emmanuel


Trois questions au Père Philippe ROCHAS

Le Père Philippe ROCHAS, curé de paroisse à Marseille et membre de la Communauté de l'Emmanuel, coordonne la retraite depuis 2 ans.

Quel est l’enjeu fondamental de cette retraite pour les jeunes ?

Nous vivons dans un monde d'agitation et de bruit. Les distractions incessantes de la radio, de la télé, des loisirs audio-visuels, des sms, mails, posts facebook et autres tweets ne cessent de tourbillonner autour de nous. Les jeunes pros qui participent à la retraite sont souvent pris dans ce brouhaha parfois destructeur pour leur intériorité, et ils se sentent souvent dés-orientés: rien de tel qu’un voyage dans un paisible pays d’orient, pour nous ré-orienter sur l’essentiel. L'enjeu est simple: restaurer le silence intérieur en se dépouillant de tout ce qui les empêche d'écouter Dieu qui parle « dans la voix d'un silence ténu ». Dans cette perspective, la prière du cœur et le silence sont des moyens essentiels pour retrouver l'intimité avec le Maître intérieur, le Christ.

Quelle expérience pastorale en retirez-vous ?

Depuis plusieurs années j’avais entendu de beaux témoignages sur les fruits de cette retraite. Je vous avoue qu’au début je la considérais comme un luxe pour jeunes cathos lassés des exigences du quotidien et en quête de tourisme exotique à la sauce chrétienne. J’ai vite changé d’avis lorsque j’ai moi-même participé à la retraite Sinaï pour la co-animer. J’y ai été témoin de véritables petits miracles : dans le cœur des retraitants, dans les évènements vécus ensemble et les rencontres qui ont lieu entre eux, et aussi dans les fruits qui en découlent au fil des mois où ils reprennent leur vie « normale ».

La retraite au désert est toujours décapante - y compris pour les prédicateurs ! Dans les premiers jours, elle peut être déstabilisante car l'on se retrouve seul face à soi-même et face à Dieu. La pédagogie progressive de la retraite « Sinaï » aide chaque jeune à entrer avec courage et confiance dans un cœur à cœur avec le Seigneur. Cette ouverture progressive des cœurs pour accueillir l'amour de Dieu qui frappe à la porte de chacun (cf Apocalypse 3,20) pour y déposer les trésors de sa grâce, c’est un émerveillement!

Comment percevez-vous les attentes personnelles et spirituelles des jeunes de 25-30 ans que vous accompagnez dans cette retraite ?

Je suis touché de percevoir un grand désir d'authenticité, une générosité profonde et une soif de sens chez beaucoup d'entre eux, l’aspiration aussi à une vie utile. Leur désir de bonheur, parfois au cœur de situations très compliquées ou d’histoires blessées, les conduit à chercher « plus de sens » à leur vie personnelle, professionnelle et sociale. L’Eglise les aime et parfois ouvre leurs yeux sur de nouveaux engagements concrets ou de nouvelles manières de vivre, qui permettent à leur enthousiasme de se déployer, de manière insoupçonnée au départ. C’est édifiant pour nous prêtres d’être ainsi témoins d’une « nouvelle naissance » pour tel ou tel. Et puis certains sont de vrais chercheurs de Dieu, dont le parcours vérifie la belle et toujours actuelle formule de St Augustin : « Seigneur, notre cœur est sans repos tant qu'il ne repose en Toi ». Ce repos de l’âme n’est d’ailleurs pas un sommeil, et il en engendre, de l’action... avec une fécondité étonnante à la clé.


Témoignages de retraitants


Au Sinaï, j’ai fait l’expérience de la grande douceur de l’action du Seigneur en mon cœur, et de la proximité que je suis invitée à avoir avec lui. La Rencontre s’est faite sans bruit, mais dans sa paix et sa joie. Il m’a donné le désir et la force de le suivre fidèlement. Ma vie de prière s’en est trouvée fortifiée et simplifiée.

Marine, retraitrante 2017

J’ai découvert le Sinaï grâce à un ami qui m’en avait parlé. Je me suis tout de suite dit que cette expérience pourrait me plaire mais je laissais le temps passer et puis un beau jour, je me suis dit : « Pourquoi attends-tu ? Inscris-toi ! ». Je me suis rendu au Sinaï avec des questionnements assez précis, que j’avais confiés au Seigneur la veille de mon départ. Je suis heureux de voir que beaucoup d’entre eux ont aujourd’hui obtenu une réponse.
Je me suis efforcé de vivre cette expérience en suivant les deux mots d’ordre de la retraite : confiance et abandon. Et je pense que c’est sans nul doute ce dont j’avais besoin pour approfondir ma relation au Seigneur.
Le Sinaï a vraiment été pour moi, à ce titre, une belle expérience de lâcher prise, qui m’a permis de laisser Dieu prendre encore davantage les rênes de ma vie. Si j’avais une chose à retenir de cette retraite, ce serait d’avoir davantage confiance en le Seigneur qu’en soi-même. C’est lui qui nous donne la force de vivre pleinement et d’affronter les difficultés. Sa fidélité est sans limite ! A nous de faire le premier pas…

Nathanaël, retraitant 2017

J’ai décidé de faire le Sinaï car je suis issu d’une famille catholique pratiquante et que j’étais à la recherche de Dieu. Recevoir la Foi c’est bien mais il faut passer d’une Foi reçue à une Foi d’adulte. J’avais besoin de trouver Dieu. Après différentes retraites, Routes Chantantes, j’ai reçu par mail la proposition du Sinaï « retraite fondamentale à la rencontre de Dieu ».
J’y suis donc venu avec cette forte envie de Le rencontrer. Et je n’ai pas été déçu, Il s’est manifesté et a tout mis en œuvre pour que je ne puisse en douter. Cette manifestation m’a rempli d’une grande joie, m’a apaisé et m’a permis de passer de ma Foi d’enfant à une Foi d’adulte car j’ai eu la certitude, que je cherchais, que Dieu existe et répond à nos demandes. Aujourd’hui ma vie de prière a bien évolué, je participe à une ECM et j’ai davantage confiance en Jésus Christ, je le prie davantage. Je crois que toute personne en recherche de Dieu ayant le profond désir de Le rencontrer est appelée à faire cette retraite. Jésus Christ est là à les attendre, Il leur tend les bras et veux leur donner tout son Amour.

Augustin, retraitrant 2017

La retraite Sinaï a été pour moi la réponse à un désir que j'avais depuis longtemps de prendre du temps avec Dieu et me placer sous son regard. Ce désir a été totalement comblé car toute la pédagogie de la retraite nous invite à nous remettre totalement entre ses mains et petit à petit je me suis laissée faire; alors j'ai pu voir son œuvre dans ma vie. La pratique des sacrements a été une véritable source grâce à laquelle j'ai été guérie de blessures que je portais depuis longtemps et la vie fraternelle un émerveillement quotidien. J'ai ainsi eu l'occasion d'expérimenter une vraie rencontre avec le Seigneur dont je vois encore des fruits aujourd'hui dans ma vie de tous les jours.

Guillemette, retraitrante 2017

La retraite Sinaï, c'est un grand plongeon dans une très belle expérience d'abandon. Libéré de sa montre, de son téléphone et de toute autre distraction de manière générale (à part la lecture de la Bible !), on (re)découvre la richesse qu'il y a à être pleinement disponible pour Dieu, les autres et tout ce qui nous est proposé durant ces deux semaines (attendez-vous à être surpris(e) par la diversité des démarches spirituelles !).
Peu à peu, très simplement et spontanément, Dieu devient le centre de nos journées, que ce soit par la louange, les temps d'enseignement, les sacrements, les temps de silence ou encore la vie communautaire.
La retraite Sinaï est aussi l'occasion de vivre une belle grâce donnée à la Communauté de l'Emmanuel : la beauté des vocations qui s'éclairent les unes les autres, à travers l'accompagnement par deux prêtres, un couple marié et une femme consacrée.
En foulant la terre arménienne, on vit ainsi un très beau voyage intérieur où le silence, le recueillement et la vie fraternelle viennent ouvrir notre cœur et le dilater à l'Amour infini de Dieu pour ses enfants.

Matthieu, retraitant 2017

Deux semaines, le silence, le désert, un grand groupe... Lorsqu'on m'a parlé la première fois de cette retraite, tous ces aspects m'ont sauté au visage ! Qu'en penser ? Indépendamment, chacun de ces points m'interrogeait : alors tous ensemble… Ma curiosité était assaillie de questions. Je ne savais pas à quoi m'attendre et, bien qu'étant à des milliers de kilomètres de Paris, je craignais de retrouver une aventure tumultueuse éloignée de ce que j'imaginais pour une retraite. Mais une fois sur place, quel soulagement ! L'abandon, la confiance... la joie. Ce que j'y ai trouvé répondait à mes besoins au-delà de mes attentes: elle a apporté des réponses aux questions que je n'arrivais pas à formuler. Depuis, l'équilibre de cet exemple de vie qui va à l'essentiel ne manque pas de me rattraper et j'espère pour longtemps.

Amaury, retraitrant 2014

Même si j'ai toujours cru en Dieu, j'ai souvent eu le sentiment de faire ce qu'on me disait de faire et d'aller à la messe par habitude. Et puis je suis arrivé à un moment de ma vie où ça ne m'a plus suffit. J'ai eu l'opportunité de faire la retraite du Sinaï 2014. Pendant ces 10 jours dans le désert, j'ai vécu des moments de combats intérieurs très durs et des moments de joie et de paix que je n'avais jusqu'alors jamais connus. Ces 10 jours me guident encore aujourd'hui et me guideront, je pense, toute ma vie.

Pierre, retraitrant 2016

"Le vrai bonheur c'est celui qui dilate le coeur"! J'ai entendu cette phrase au beau milieu du sable et des chameaux le 1er jour. Banco: mon Sinaï était lancé! Me voilà en plein désert pour des raisons que j'ignorais encore. J'étais venue pour répondre à une invitation que le Seigneur m'avait faite, celle d'habiter mon quotidien et de Le laisser agir dans ma vie. Deux mots allaient enfin prendre tout leur sens: confiance et abandon. Faire l'expérience du désert était pour moi le reflet d'une décision. En effet, je faisais le choix que Dieu soit pleinement présent dans ma vie. Pourtant, la veille du départ je ne me sentais plus tout à fait prête à Lui faire une vraie place dans mon quotidien, ou du moins pas entièrement... En fin de compte, cette traversée du désert m'aura non seulement ouvert le coeur au Seigneur mais aussi les yeux sur la réelle aspiration de ma vie. Il a un projet pour chacun de nous! Je pensais Lui faire un cadeau en Lui "offrant" ces 12 jours. Mais, au fond, c'est Lui qui m'a comblée de paix et de joie en venant à ma rencontre!

Louise, retraitrante 2014

Dans ma vie, j'essaye de saisir les opportunités qui, potentiellement, me permettent d'avancer... Surtout les plus improbables. C'est autant de petits signes que le Seigneur peut nous laisser, pour nous guider. En acceptant d'aller au Sinaï, j'ai accepté de me dépouiller, de m'abandonner, et de vivre une aventure à la fois physique (le désert !!) et spirituelle.
Cette retraite dans le désert, pleine de paradoxes, m'a permis de me recentrer sur moi-même, d'aller chercher le Christ en moi, tout en nouant des liens profonds avec d'autres retraitants.
Finalement, même si on ne sait pas pour quoi on y va, on en revient toujours vainqueur. Sans doute la clé de cette retraite.

Stanislas, retraitrant 2014

Tu verras, tout le monde te poseras cette question : "qu'es-tu venu cherché au désert ?". Les plus optimistes te demanderont ce que tu y as trouvé ! :) Je ne voulais absolument pas y aller, au départ. Au final j'y suis allé et là : PAF ! Nada, le désert, son coeur, ses certitudes et... notre Père du Ciel ! Parmi bien des grâces reçues, dont celle de la prière quotidienne, j'ai expérimenté Sa réelle existence, Sa réelle présence. Il paraît que dans la vie, il n'y a pas de mauvais chemin, juste des mauvaises rencontres. Cette fois c'était une très belle rencontre, et me voilà sur un chemin de paix intérieure.

Vincent, retraitrant 2014

Je suis partie dans le désert l'an dernier sans attente particulière... Un simple petit appel du Seigneur auquel j'avais décidé de répondre. Grandes et nombreuses sont les Grâces que j'ai reçues pendant ces dix jours! Six mois après mon retour, il n'y a pas un seul jour sans que je ne tire des fruits de cette retraite. Ce coeur-à-coeur avec Dieu vécu dans le désert se poursuit désormais au quotidien et me permet de vivre aujourd'hui dans la confiance et la sérénité. Le Seigneur m'a offert un véritable trésor en me permettant de vivre cette aventure unique.

Albane, retraitrante 2016

Partir au désert, marcher en silence, en laissant d'autres décider de l'organisation matérielle m'a permis d'être à l'écoute du Seigneur et de Le laisser prendre de la place dans ma vie. Au retour, j'ai pu continuer à Le laisser me guider au jour le jour et Lui faire confiance dans les surprises du quotidien.

Amélie, retraitrante 2014

Je ressentais le besoin de faire le point et de vivre un temps fort de recueillement. J'ai entendu parler de la retraite du Sinaï lors d'une session à Paray le Monial. Le désert m'a paru l'endroit propice pour faire une pause dans mon quotidien, mettre de côté mon petit confort, prendre le temps de me mettre en présence de Dieu et d'approfondir ma relation avec Lui. C'était une évidence que l'invitation venait du Seigneur et qu'Il m'y attendait!
Ce que j'ai vécu avec le groupe et personnellement pendant cette retraite m'a beaucoup apporté pour poursuivre ma vie de foi. Jamais je n'avais ressenti une paix et une joie aussi profondes au fond de mon cœur.

Anne-Fleur, retraitrante 2016

Après une enfance chrétienne, je me suis éloigné de l'Église à l'adolescence. Arrivé à la trentaine, toute cette vie spirituelle a refait surface sans que je sache vraiment comment l'aborder.
Une de mes sœurs qui avait fait le Sinaï m'en a parlé et j'ai sauté sur l'occasion en me disant qu'une telle opportunité ne se représenterait pas. Et que dans le pire des cas, j'aurais eu deux semaines au soleil dans un endroit magnifique.
Aujourd'hui, sans avoir vécu de grands bouleversements, j'ai retrouvé le chemin de L'Église et me prépare à la Confirmation.

Yannick, retraitrant 2013

En partant à cette retraite, j’avais ce sentiment de faire quelque chose de bien en donnant ces deux semaines de vacances au Seigneur. Mais au fil des jours je me suis aperçu à quel point c’était le Seigneur qui m’avait fait un cadeau en me faisant venir, à quel point il avait soif de me faire découvrir toute la joie de se laisser transformer par son amour.

Sylvain, retraitrant 2013

J’étais perdue, éloignée de l'Eglise depuis de longues années, à la recherche du bonheur et de la sérénité. J'avais une idée fixe: marcher dans le désert pour trouver des réponses à mes questions, pour remplir ce vide qui m'habitait.
Je suis allée sur internet et suis tombée sur le Sinaï. C’était l’évidence: il fallait que je fasse partie du voyage. J'ai eu la chance de pouvoir partir en dernière minute. Je pense maintenant que le Seigneur m'y a invitée pour aller à sa rencontre. Au désert j'ai trouvé la paix, la guérison de mes blessures.
C’était un peu comme une thérapie avec Lui. Je suis au tout début du chemin, et j'ai envie de continuer, dans la confiance et dans la joie.

Ophélie, retraitrante 2013

Cela faisait plusieurs années que j’entendais parler du « Sinaï », dont j’avais eu plusieurs témoignages enthousiastes. Cette année, je me suis finalement décidé. Je voulais vivre un temps de repos dans le Seigneur, loin de ma vie parisienne bien agitée. J’y ai surtout fait l’expérience de la foi vécue dans la charité fraternelle. Mon « Sinaï » fut aussi une descente au fond de moi, pour un cœur à cœur avec Jésus, dans le silence du désert, au rythme lent de la marche et de la "prière du cœur". J’en suis revenu avec une relation à Dieu plus profonde et un plus grand abandon.

Guillaume, retraitrant

Cette "traversée du désert" nous a permis de mieux comprendre notre pèlerinage terrestre avec ses temps de joie, d'exaltation, mais aussi de souffrances et de dépassement de soi-même. Le fruit majeur a été le renforcement de l'Espérance face à nos limites, dans la vie de tous les jours.  Dans nos contacts avec les jeunes, des questions essentielles sont revenues: peur de se tromper de vocation, de s'engager face aux échecs du mariage aujourd'hui... Ces jeunes nous ont touchés par leur confiance, leur joie de vivre, leur désir d'avancer, leur sincérité, leur bonne volonté, .... Ces moments de partage nous ont confortés dans notre mission de témoigner des grâces de la vie à deux, du don de la vie, du pardon tellement nécessaire pour assurer l'enracinement du couple dans la durée en puisant dans la grâce des sacrements.   Enfin, la présence de tous les états de vie est essentielle pour découvrir que notre désir du bonheur peut se réaliser dans chacun de ces appels.

Roseline et René, couple ayant accompagné la retraite

Le désir de prier est monté tout au long de la retraite, grâce notamment à la prière du coeur. J'ai redécouvert la prière du chapelet, ainsi que la miséricorde du Seigneur à travers la confession.

Je m'attendais à une rencontre avec Dieu dans le tonnerre mais ça a été dans la brise, le murmure.. . Le Seigneur a pris de la place dans mon coeur, l'a apaisé sans que je m'en aperçoive; une véritable infusion d'Amour qui a comblé les brèches de mon coeur inquiet et lui a donné de la vigueur pour revenir dans "le monde".

Le moment le plus intense fut pour moi la montée du mont Sinaï. J'en avais une joie que je ne comprenais pas. Il y eut d'autres moments forts, comme méditer sur la Passion du Christ ou encore le Don de l'Esprit Saint. Chacun d'entre eux vaut à lui seul le passage par le désert. C'est une retraite que je recommande à tout le monde, pour autant que le coeur désire s'ouvrir.

J'ai été touchée par l'enthousiasme et la joie des jeunes de ma route, par les rencontres, par la montée au mont Sinaï. Cette retraite m'a renouvelée dans la joie d'être consacrée à Dieu.

J'ai ri aux larmes comme cela ne m'était pas arrivé depuis de nombreuses années lors d'une veillée. Le lendemain je pleurais dans l'abandon de moi-même à Dieu lors de la louange...

J'ai rencontré Dieu. J'ai senti Sa présence et Son amour. Tout est dit... Comment Dieu pourrait-Il laisser passer une occasion pareille de toucher les coeurs ?... Comment pourrions-nous, pèlerins, ne pas Lui ouvrir un peu plus notre coeur dans une atmosphère (lieu/personnes/activités) aussi porteuse ?... Dieu m'a vraiment comblé !